Le moche | Théâtre Paris-Villette | BilletReduc.com

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Le moche Théâtre Paris-Villette Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "Le moche"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Théâtre Paris-Villette, 75019 Paris

Le moche

de Marius von Mayenburg , mis en scène par Maia Sandoz

Théâtre Paris-Villette, Paris

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -

En ce moment dans cette salle :

Monsieur Lette découvre qu'il est moche. La décision de subir une opération chirurgicale est prise. Une fable sur le règne du marketing.

Monsieur Lette découvre qu'il est moche.
Sa femme affirme l'aimer malgré son visage " catastrophique ", mais la décision de subir une opération chirurgicale est vite prise.
Lorsqu'il se réveille de l'anesthésie, rien ne sera plus comme avant : le chirurgien a fait de son visage un chef d'oeuvre. La renaissance de Lette en tant qu'homme beau et irrésistible le rend vite célèbre.
Mais la valeur de Lette sur le marché s'effondre rapidement au moment où il se retrouve face à plusieurs répliques de lui-même.




Quelques critiques de spectateurs :

Note des internautes :
8/10
4 avec 7 critiques
Bravo
86% Bien
0% Moyen
14% Décu
0%
Plus de critiques sur Le moche »

STF Inscrite Il y a 14 ans 22 critiques  
Utile: Oui Non
-Déjanté
8/10

Les comédiens jouent à merveille. La pièce est très originale et complètement déjantée.
# écrit le 26/03/17 , a vu Le Moche,L'Atalante Paris avec BilletReduc.com


brisat Inscrite Il y a 15 ans 1998 critiques 123  
Utile: Oui Non
-la laideur nous va si bien !
9/10

Oh ! la belle analyse sur la force de l'apparence et le dictat de la "supposée beauté". Devenu "la référence" de la beauté, un homme considéré comme "moche" devient l'archétype de la séduction. Transformé en élément de référence, il perd non seulement son individualité mais également son "âme" ce Faust contemporain... Belle réflexion menée avec intelligence et talent.
# écrit le 19/01/17


alainclero75 Inscrit Il y a 6 ans 572 critiques 28  
Utile: Oui Non
-Tyrannique Esthétique!
10/10

Je ne connaissais pas l'écriture de Marius Von Mayenburg mais quand j'ai lu toutes les critiques élogieuses dans la presse écrite , j'ai voulu découvrir ce théâtre se servant de l'absurdité pour dénoncer la tyrannie d'une société où les laids n'ont pas leur place. Un moment de théâtre au rire très grinçant et cruel mais tellement vrai , hélas . De plus mise en scène et acteurs font vivre ce spectacle de façon remarquable et dérangeante . Notre regard sur les autres est-il si moche que ça?
# écrit le 13/01/17


Spectatif Inscrit Il y a 16 ans 832 critiques 83  
Utile: Oui Non
-Spectacle troublant, réflexif et remarquable
9/10

Lette, ingénieur dans une grande entreprise, trouve un procédé innovant. Ce ne sera pas lui que le directeur Scheffler choisira pour présenter sa découverte dans un congrès scientifique international. Comment ? Oui ce n'est pas bien mais c'est normal, non ? Lette est moche. Vraiment trop moche pour arriver à convaincre et surtout à vendre son invention. ce n'est pas juste ? Mais attendez, vous imaginez une marque de voiture vanter les mérites de sa dernière production par un monsieur boutonneux aux pustules purulentes ou une dame dont la dernière liposuccion remonte aux années 80, même nus sur le capot ? Allez, prenons aussi bien un ou une jeune trentenaire pris au hasard gare Saint Lazare, cela ne fonctionnerait toujours pas. Bon alors !... Nous savons tous que pour acheter, il faut être séduit. Que la séduction suscite l'envie et que l'envie n'est que le reflet de nos désirs. M'enfin !... Il est pourtant normal sous bien des points, Lette. Il travaille, il est reconnu, il est intégré socialement. Il est marié, Fanny l'a toujours trouvé extraordinairement laid mais elle l'aime. Il mène une vie simple sauf qu'il est moche. Quand il découvrira que la réalité de son visage est un handicap, il décidera d'en changer. À partir de ce moment-là, sa vie bascule. La chirurgie esthétique ayant fait de lui une beauté incommensurable, un modèle idéal, un mythe indicible, il vivra tout à coup des sollicitations multiples, des vénérations continues et verra la terrible quête des autres pour lui ressembler, se propager. De sosies en copies conformes, de clones en autres soi-même, Lette va sombrer progressivement, après avoir joui de son pouvoir de plaire, de cet impossible choix de redevenir lui-même, d'être et de ne plus paraître... Marius von Mayenburg écrit et crée LE MOCHE le 5 janvier 2007 à Berlin. Il est une des figures de proue du nouveau théâtre allemand, mettant sous le beaupré du courant dramaturgique la satire des normes et des codes sociaux, dans la lignée de Thomas Bernhard et à l'instar de Martin Crimp ou Sarah Kane. Opposant le bien au beau, le juste au nécessaire, la convention à la volonté, les vilénies opprimantes de notre société moderne sont décriées dans cette pièce troublante et caustique d'une écriture acérée qui égratigne autant qu'elle délivre. La quête et la conquête de la beauté de Lette l'oblige à se voir dans le regard des autres jusqu'à le confondre. Après une succession de quiproquos aux accents d'absurdie, Lette cherche in extremis le désir d'être soi en lieu et place du besoin de se conformer et trouve sa rédemption salvatrice dans son amour miroir. Ce nouveau Narcisse échappera-il à sa mort ? La mise en scène de Nathalie Sandoz renforce avec fulgurance et ingéniosité l'abstraction et la profondeur du texte par des jeux simples et parfois stylisés, mêlés de joutes émotionnelles intenses. Un travail subtil éclairant magnifiquement les messages. La distribution est brillante. Guillaume Marquet en tête, qui nous emporte dans les affres redoutables de la souffrance identitaire qu'il joue avec précision et puissance. Nathalie Jeannet, Gilles Tschudi et Raphaël Tschudi sont impressionnants dans les huit rôles qu'ils incarnent, jouant de toutes les palettes d'émotions avec justesse et conviction. Une très belle interprétation. Les thèmes, les scènes jouées dont la merveilleuse scène finale, la mise en vie de ce texte riche et puissant, font de ce spectacle un moment de théâtre troublant, réflexif et remarquable.
# écrit le 06/01/17


@2307757 Inscrit depuis longtemps 4 critiques
Utile: Oui Non
-Bon spectacle
8/10

Le acteurs ont bien joué et nous avons bien rigolé des déboires du protagoniste! NOus avons passé une excellente soirée.
# écrit le 02/11/15 , a vu cet évènement avec BilletReduc.com


gtricard Inscrit Il y a 6 ans 31 critiques 1  
Utile: Oui Non
-Eblouissante mocheté !
9/10

Quelle belle surprise que la découverte de l'univers de Marius Von Mayenburg porté par une mise en scène magistrale ! Certains devraient en prendre de la graine. On peut donc s'inscrire complètement dans le théatre contemporain sans être forcément minimaliste. Premier temps fort, les comédiens sont déjà sur scène lorsque s'installe le public. Quelques minutes plus tard, la machine démarre et c'est un torrent de dérision, de drôlerie, de dérives pendant 2h30. On en vient même à regretter même de ne pas avoir opté pour le tryptique ! Les comédiens sont fabuleux, avec une mention spéciale pour Aurélie Vérillon.
# écrit le 18/03/15


# ce symbole signifie "signaler au modérateur"
Vous aussi, donnez votre avis:


Pour un Public adulte
à partir de 12 ans

Théâtre contemporain

Langue : Français
Durée : 55 minutes soit 00h55





Evénements associés :
Minetti
Voice beyond
Que crèvent tous les protagonistes
La mouche
Les rencontres d'improvisation
Adieu monsieur haffmann
Écrits d'amour
Le legs
Isadora, je suis libre !
Les passagers de l'aube