En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Choeur Amadeus - Les sept dernières paroles du Christ en croix Cathédrale Sainte croix des arméniens Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "Choeur amadeus - les sept dernières paroles du christ en croix"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Cathédrale Sainte croix des arméniens, 75003 Paris

Choeur Amadeus - Les sept dernières paroles du Christ en croix

Cathédrale Sainte croix des arméniens, Paris

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -

En ce moment dans cette salle :

L'oeuvre de Haydn offre une palette d'atmosphères musicales contrastées, suivant pas à pas le cheminement émotionnel et spirituel du Christ en Croix

En 1796, après avoir découvert l'oratorio à Londres, Haydn compose son premier oratorio en langue allemande, à partir d'une de ses partitions instrumentales, Les Sept Dernières Paroles du Christ en Croix. En effet, Les Sept Dernières Paroles naissent tout d'abord sous la forme d'une oeuvre purement instrumentale, conçue pour un orchestre de cordes, cuivres et timbales.
En 1785, la ville de Cadix lance un appel, à l'échelle européenne, pour la composition d'une oeuvre destinée à la liturgie du Vendredi saint célébrant l'" Entierro " (les funérailles du Christ). Un prédicateur expliquait successivement les sept paroles dites sur la Croix, tandis que chaque parole était séparée par un interlude musical, offrant aux fidèles la possibilité de se recueillir. Haydn remporte le contrat et compose l'oeuvre entre 1786-7. Ce n'est qu'en 1796 qu'il la remanie et y ajoute un texte chanté. Haydn reprend un texte allemand confectionné par un chanoine de Passau, Joseph Friberth, que son ami, le baron van Swieten modifie et améliore.

Le texte du Terremoto provient, quant à lui, du " Der Tod Jesu " de Ramler. En ce qui concerne la musique, Haydn ne fait en réalité qu'enrichir l'orchestration. Il y ajoute des intonations a capella précédant chaque parole, à l'exception de la cinquième, et une introduction pour les vents au centre de l'oeuvre. Les Sept Dernières Paroles offrent une palette d'atmosphères musicales contrastées, suivant pas à pas le cheminement émotionnel et spirituel du Christ en Croix. L'oeuvre se termine par un terrible tremblement de terre (le Terremoto), véritable cataclysme eschatologique, énonçant la mort du Sauveur.

" C'est avec une maîtrise stupéfiante que Haydn parvient à éviter l'uniformité. Tous les tempos sont lents, sauf le Terremoto [tremblement de terre] final, mais un dosage savant des tonalités, des thèmes, des rythmes, de l'agogique, rend en réalité très contrastées ces pièces d'allure et de dimensions semblables, et toujours de forme sonate. " (Marc Vignal, Joseph Haydn, Paris, Fayard, 2001, p. 1161.)

Les Sept Dernières Paroles sont entendues pour la première fois le 26 mars 1796 chez le prince Johann Joseph Nepomuk von Schwarzenberg. L'oeuvre connut un grand succès et fut par la suite redonnée de nombreuses fois, notamment au bénéfice de la société des compositeurs. Il en existe également une version pour quatuor et une réduction pour clavier de la main d'Haydn.






Pour Tout public

Musique Sacrée

Langue : Allemand




Evénements associés :
Requiem de mozart granville
Solistes du collegium vocale gent, philippe herreweghe : gesualdo
J.-s. bach i passion selon saint-jean
The tallis scholars : miserere d'allegri
Pergolesi / stabat mater
Requiem de mozart saint malo
Requiem de mozart cholet
Du fond des âges : chants sacrés d'orient
Requiem de mozart nantes
Pergolesi / stabat mater