En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Never, Never, Never Gare au Théâtre Affiche © © Gaël Ascal


Pour être informé des prochaines dates pour "Never, never, never"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Gare au Théâtre, 94400 Vitry sur Seine

Never, Never, Never

de Dorothée Zumstein , mis en scène par Marie-Christine Mazzola

Gare au Théâtre, Vitry sur Seine

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -
Un poète perd la femme aimée. Quels enfers va-t-il devoir traverser pour la retrouver ?

" Never, never, never. " C'est par cette citation de Shakespeare que répondait l'Esprit – invoqué un soir de 1956 lors d'une séance de spiritisme – au poète britannique Ted Hughes et à son épouse la poétesse américaine Sylvia Plath, lesquels lui avaient demandé quel [était] le plus grand vers jamais écrit par un poète anglais.

Une longue nuit de 1984, veille du jour où il va se voir décerner le titre de poet laureate, Ted reçoit tour à tour la visite de deux femmes : celle de son épouse Sylvia, morte suicidée vingt ans plus tôt, et celle d'Assia, l'autre femme, qui remplaça – ou plutôt ne remplaça pas – Sylvia et qui se tua elle aussi, six ans plus tard, submergée par la gloire posthume de la première.

Cette nuit-là, une porte s'ouvre sur un passé qui ne cesse de se rejouer au présent. Dans un espace originel – l'appartement londonien où Ted vécut successivement avec Sylvia, puis avec Assia – d'autres temps et d'autres lieux vont surgir. Tous ont été habités et sont toujours hantés par les trois protagonistes de la pièce, indissolublement liés les uns aux autres par l'amour, la mort, la poésie.

Ce huis-clos féroce et tendre à la fois s'inspire des vies de Ted Hughes, Sylvia Plath et Assia Wevill, et traite d'un sujet bien plus universel : la perte d'êtres chers et la réconciliation avec un passé douloureux.






Pour un Public adulte de 14 ans jusqu'à 90 ans

Théâtre contemporain

Langue : Français
Durée : 90 minutes soit 01h30





Evénements associés :
Vivre !
La maison d'os
Géographie de l'enfer
Aux poings
Edouard baer dans les élucubrations d'un homme soudain frappé par la grâce
Les étoiles
Edmond
Sstockholm
Batman contre robespierre
La chanson de roland