Critiques et Avis Ceux qui brûlent | BilletReduc.com

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Ceux qui brûlent Le Colombier Affiche © Marko Djurica

Séances selon les jours

17h00 20h30
Novembre
DiLuMaMeJeVeSa
2324
25
Ceux qui brûlent
du vendredi 23 novembre 2018
au dimanche 25 novembre 2018
  Réduction
 


Pour être informé des prochaines dates pour "Ceux qui brûlent"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


réduction
 
Dès 10,95€/pers
16,50€
Frais de Réservation
inclus
jusqu'à -33%

Ceux qui brûlent

de Alexandra Badéa , mis en scène par Azzedine Hakka

Le Colombier, Bagnolet

1 critique

Afficher toutes les critiques sur Ceux qui brûlent>>



Spectatif Inscrit Il y a 15 ans 734 critiques 78  
Utile: Oui Non
-Du théâtre politique comme on les aime, accessible et dénonciateur sans donner de leçon. Un spectacle nécessaire.
8/10

Un spectacle d'interrogation sociale et politique qui n'oublie que les femmes et les hommes s'aiment. Un texte d'une force vive qui se révolte sur la cruauté et la bêtise du monde, ses ravages sur l'identité des personnes, sur le bannissement des cultures, sur l'usurpation de l'histoire réécrite pour coller aux réalités qui surviennent. " Le monde est une blague un peu amère " dit l'homme interpellé par la femme qui fut sa compagne il y a longtemps. Elle qui le retrouve au détour d'une photographie signée par son ancien compagnon devenu photographe de guerre. Ces retrouvailles par courriel vont poser les questions existentielles que l'une et l'autre se sont posées ensemble et qui continuent à les habiter, à les ronger, à les plonger qui dans le désespoir, qui dans l'activité inlassable et quasi compulsive comme pour oublier ou s'abstraire de cette réalité insupportable et cruelle. La photo qui a déclenchée ce nouvel échange est celle d'un nourrisson dans les bras d'un sauveteur habillé d'une combinaison et d'un masque de protection hygiénique, à l'occasion d'un débarquement d'exilés en fuite. Un enfant, une photo, parmi les centaines de " ceux qui brûlent " comme ils disent. Un entretien filmé, des entremêlements d'images fixes ou en mouvement et les jeux des deux comédiens, une musique jouée en direct, composent la dramaturgie de ce récit, de ces dévoilements du coeur, de ces ressentiments d'injustice, de ces colères claires et percutantes, nous interpellant dans notre quête de comprendre sans admettre, d'assister sans combattre à cette forme de déchéance de l'humanité à la dérive. Agir sans cesse pour réagir toujours ? Les photographies témoignent et dénoncent mais sont-elles vaines ? Les paroles précisent plus le sens de l'inadmissible mais sont-elles entendues et suivies d'effet ? Elle dit et tente de convaincre, Lui regarde et transmet. Elle et Lui ne semblent plus pouvoir ou vouloir s'aimer. Chacun s'est réfugié dans son monde. Deux mondes et deux consciences politiques différents. Oui, " le monde est une blague un peu amère ". La scénographie, la mise en scène et les jeux sont dédiés totalement à une volonté manifeste de transmission. Mission réussie, nous sommes touché·e·s et ne pouvons pas ne pas faire nôtre cette réflexion très adroitement exposée. Du théâtre politique comme on les aime, accessible et dénonciateur sans donner de leçon. Un spectacle nécessaire.
# écrit le 24 Janvier


# ce symbole signifie "signaler au modérateur"
Vous aussi, donnez votre avis: