En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Séances selon les jours

14h00 17h00 21h30
Janvier
DiLuMaMeJeVeSa
31
Février
DiLuMaMeJeVeSa
1
2345678
9
Nijinski ou la dernière danse du dieu bleu
du vendredi 31 janvier 2020
au dimanche 9 février 2020
  Réduction
Valable uniquement si 3 personnes


Pour être informé des prochaines dates pour "Nijinski ou la dernière danse du dieu bleu"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


réduction
Valable uniquement si 3 personnes
Dès 9,95€/pers
16,50€
Frais de Réservation
inclus
jusqu'à -39%

Nijinski ou la dernière danse du dieu bleu

de Vaslav Nijinski , mis en scène par Flavia Lorenzi

Théâtre du Soleil - La Cartoucherie, Paris

Le comédien Arman Saribekyan interprète les paroles du danseur mythique Vaslav Nijinski.

Je suis un fou qui aime l'humanité.
Ma folie c'est l'amour de l'humanité.
Au lendemain de l'Armistice, en janvier 1919, la femme de Nijinski organise un récital de danse à Saint-Moritz dans le salon du très élégant hôtel Survetta, au profit de la Croix Rouge. Vaslav Nijinski doit y danser devant la fine fleur de la haute société viennoise et suisse, et de riches touristes venus voir le plus grand danseur de l'époque.
" Je vais vous montrer comment, nous, les artistes, vivons, aimons, souffrons, comment nous créons nos oeuvres.. " déclare Nijinski devant un public surpris, ahuri, pris de panique et... émerveillé. Tel un animal enragé, si longtemps resté captif, il bondit sur scène, menaçant les spectateurs, mimant les horreurs de la guerre ou les souffrances et les douleurs des soldats.

Spectacle terrifiant et à la fois extraordinaire de beauté. Après quoi, il sera une évidence que le danseur avait perdu les contours de la réalité et commençait à devenir très malade. Le soir même, NIjinsky commence à écrire ses Cahiers, une sorte de journal intime, un texte testamentaire, sa dernière parole avant de sombrer dans les ténèbres et être interné à l'hôpital psychiatrique. Il avait à peine 30 ans.
C'est en ce 19 janvier 1919, le jour du récital, que le spectacle nous transporte. C'est la dernière fois que le Dieu Bleu va danser. Un ultime effort de titan pour mettre de l'ordre et du sens dans son délire visionnaire.

"J'ai envie de pleurer, mais je ne peux pas car mon âme me fait si mal que j'ai peur pour moi. Je suis malade de l'âme. Je suis malade de l'âme et pas d'esprit. Le docteur Frankel ne comprend pas ma maladie. Je sais ce dont j'ai besoin pour retrouver ma santé. Je suis un homme et pas une bête. Je veux danser. Je veux dessiner. Je veux jouer du piano. Je veux écrire des vers. Je veux composer des ballets. Je ne veux pas de la guerre. Je ne veux pas de frontières d'états. Je suis le globe terrestre. Je suis la terre. J'ai une maison partout. Je ne veux rien posséder. Je ne veux pas être riche. Je veux aimer, aimer."
- Nijinski -
Cahiers 1919


Auteur : Vaslav Nijinski
Artiste : Arman Saribekyan
Metteur en scène : Flavia Lorenzi

Prochaine Séance disponible:
Vendredi 31 Janv. 2020 à 21h30



Pour un Public adulte
à partir de 12 ans

Seul(e) en Scène

Langue : Français
Durée : 60 minutes soit 01h00

Lieu:
Théâtre du Soleil - La Cartoucherie
Salle de spectacle (~ 80 places)
Route du Champ de Manoeuvre
75012   Paris
Plan d'Accès

» Réservez votre Parking à Proximité

Région : Paris - Ile de France - (75)




Dans la même salle :


Evénements associés :
David lafore dans david lafore
Isabelle bonadei dans isabelle s'accroche
Un coeur simple
Anne gaëlle duvochel dans dans la peau de la panthère
Vous n'aurez pas ma haine
Fleurs de soleil avec thierry lhermitte
L'histoire du sexe pour les femmes
Mehdi dix dans joue la comme mehdi
Un coeur simple
Jean-pascal lassus et moi