En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

L'avare | avec Michel Boujenah Théâtre des Variétés - Grande Salle Affiche

Séances selon les jours

16h30 17h00 18h00 20h30

Places disponibles :

Octobre
DiLuMaMeJeVeSa
3031
Novembre
DiLuMaMeJeVeSa
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930
Décembre
DiLuMaMeJeVeSa
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031
Janvier 2021
DiLuMaMeJeVeSa
12
3456789
10
L'avare
du vendredi 30 octobre 2020
au dimanche 10 janvier 2021
  Réduction
 


Pour être informé des prochaines dates pour "L'avare"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


réduction
 
Dès 11,45€/pers
15,50€
Frais de Réservation
inclus
jusqu'à -35%

L'avare
avec Michel Boujenah

de Molière , mis en scène par Daniel Benoin

Théâtre des Variétés, Paris


Critiques de la presse



" " Cette lecture au noir de l'une des pièces les plus populaires du répertoire a reçu le prix suédois de la meilleure mise en scène de l'année et a été saluée unanimement par la critique. C'est la comédie la plus dure, la plus méchante que Molière ait écrite. On ne rit guère à L'Avare..." "

Art Côte d'Azur " " Michel Boujenah donne vie à cette pièce sur la passion d'un vieil homme pour la possession de l'argent et pour le tendre printemps d'une jeune fille qui, à son idée, pourrait faire reculer la mort. " "

La Terrasse " " Daniel Benoin révèle l'humanité grinçante de cette cruelle histoire, où la fougue de la jeunesse ravive un monde abîmé par l'avarice. Avec un remarquable Michel Boujenah. " "

L'Humanité " " On se dit que voilà une mise en scène intelligente, qui ne sollicite pas outre mesure les vains plaisirs de la " relecture ", sans toutefois se priver, ici ou là, de clins d'yeux malins au goût du jour. Benoin suit la donne classique, sans l'adorner d'un trop de petites trouvailles énervantes... " "

Les Echos " " Tout le cheminement d'Harpagon le conduira vers une sorte d'innocence inversée, symbolisée, en fin de spectacle par la blancheur d'habits lunaires. Il n'est pas le plus mauvais de la bande, semble nous dire Daniel Benoin qui, à l'isolement d'Harpagon, trouve quelque chose d'émouvant... " "