Discours de la servitude volontaire Théâtre de l'Epée de Bois - Cartoucherie Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "Discours de la servitude volontaire"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Théâtre de l'Epée de Bois - Cartoucherie, 75012 Paris

Discours de la servitude volontaire

de Etienne de La Boétie , mis en scène par Antonio Diaz Florian

Théâtre de l'Epée de Bois - Cartoucherie, Paris

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -

En ce moment dans cette salle :
» Tous les événements Théâtre de l'Epée de Bois - Cartoucherie

La Boétie.

" Certes, ainsi que le feu d'une étincelle devient grand et toujours se renforce, et plus il trouve de bois à brûler, plus il en dévore, mais se consume et finit par s'éteindre de lui-même quand on cesse de l'alimenter : pareillement plus les tyrans pillent, plus ils exigent ; plus ils ruinent et détruisent, plus on leur fournit, plus on les gorge ; ils se fortifient d'autant et sont toujours mieux disposés à anéantir et à détruire tout ; mais si on ne leur donne rien, si on ne leur obéit point; sans les combattre, sans les frapper, ils demeurent nus et défaits: semblables à cet arbre qui ne recevant plus de suc et d'aliment à sa racine, n'est bientôt qu'une branche sèche et morte. "

" Souffrir les rapines, les brigandages, les cruautés, non d'une armée, non d'une horde de barbares, contre lesquels chacun devrait défendre sa vie au prix de tout son sang, mais d'un seul ; nommerons-nous cela lâcheté ? "

" Chose vraiment surprenante (et pourtant si commune, qu'il faut plutôt en gémir que s'en étonner) ! C'est de voir des millions de millions d'hommes, misérablement asservis, et soumis tête baissée, à un joug déplorable, non qu'ils y soient contraints par une force majeure, mais parce qu'ils sont fascinés et, pour ainsi dire, ensorcelés par le seul nom d'un qu'ils ne devraient redouter, puisqu'il est seul, ni chérir, puisqu'il est, envers eux tous, inhumain et cruel. "

" ...si l'on voit, non pas cent, non pas mille, mais cent pays, mille villes, un million d'hommes ne pas assaillir, ne pas écraser celui qui, sans ménagement aucun, les traite tous comme autant de serfs et d'esclaves : comment qualifierons – nous cela ? "

" N'est-ce pas honteux, de voir un nombre infini d'hommes, non seulement obéir, mais ramper, non pas être gouvernés, mais tyrannisés, n'ayant ni biens, ni parents, ni enfants, ni leur vie même qui soient à eux ? "

" Disons donc que, si toutes choses deviennent naturelles à l'homme lorsqu'il s'y habitue, seul reste dans sa nature celui qui ne désire que les choses simples et non altérées. Ainsi la première raison de la servitude volontaire, c'est l'habitude. "


Auteur : Etienne de La Boétie
Artistes : Graziella Lacagnina
Metteur en scène : Antonio Diaz Florian





Pour Tout public

Théâtre contemporain

Langue : Français
Durée : 80 minutes soit 01h20





Evénements associés :
La Ménagerie de verre
Les Ritals
Mata Hari, (titre provisoire)
Romy et les choses de ma vie
Viril(e.s)
Mauvaises filles !
La course des géants
Sororité, l'Alta Storia
Petit boulot pour vieux clown
Maison de poupée