En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Le Sacre du printemps Chaillot - Théâtre National de la Danse / Salle Jean Vilar Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "Le sacre du printemps"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Chaillot - Théâtre National de la Danse / Salle Jean Vilar, 75016 Paris

Le Sacre du printemps

mis en scène par Jean-Claude Gallotta

Théâtre National de Chaillot, Paris

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -

En ce moment dans cette salle :
» Tous les événements Chaillot - Théâtre National de la Danse / Salle Jean Vilar

Triple hommage à Igor Stravinsky en forme de pirouette signé Jean-Claude Gallotta : un Sacre du printemps tout feu tout flamme, précédé de deux courtes pièces, Tumulte et Pour Igor.

Chaque chorégraphe porte un Sacre en lui. Celui de Jean-Claude Gallotta est gravé au compas sur un pupitre d'écolier. Le futur chorégraphe entend l'oeuvre pour la première fois sur un vieux tourne-disque. Assoupi sur son banc en bois, il " s'enrêve " aussitôt, dit-il aujourd'hui. C'est alors qu'il chorégraphiait la dernière séquence de son spectacle précédent, L'Homme à tête de chou, que lui sont revenus ces souvenirs.
Par quelle voie secrète ? En guise de réponse, Le Sacre du printemps s'est alors imposé comme le second volet du diptyque commencé avec l'hommage à Gainsbourg : mêmes danseurs, même lumière sélénienne, mêmes énergies venues directement de la musique. Jean-Claude Gallotta a choisi de travailler sur la première version de l'oeuvre, qu'il considère comme une des meilleures, rude, sans affèteries, sans brillance décorative, dirigée et enregistrée par Igor Stravinsky lui-même.
Pas d'anecdote, pas d'intrigue. Jean-Claude Gallotta ajoute : pas d'Élue, ou du moins pas d'Élue unique, glorifiée puis sacrifiée. Chaque interprète féminine sera " éligible ", tour à tour, pour rétorquer à " l'obscur pouvoir discrétionnaire " des dieux. Du rituel, Jean-Claude Gallotta a également retenu le double sens étymologique de " relier " et de " se recueillir ".
Il s'agit bien pour lui de se recueillir, comme à genoux, sur les marches de l'autel qui montent et monteront toujours à son adolescence, et de se relier aux maîtres, de Kantor à Fellini, qui l'ont conduit à ne pas l'oublier.
Le Sacre est précédé de deux courts avant-programmes : I – Tumulte, où le chorégraphe invite danseurs et public à entendre le silence brut de la danse qui précède le déchaînement de la musique. II – Pour Igor, un solo en hommage au compositeur.

Crédits photo : Vera Iso / Igor Stranvinski 1907




Suite aux annonces du 14 octobre 2020, les théâtres
adaptent leurs horaires
Tout ce qu’il faut savoir



Pour Tout public

Danse contemporaine

Langue : Français
Durée : 80 minutes soit 01h20





Evénements associés :
Hip hop(s) or not... ?
Centaur
Malpaso dance company
Correction
The personal element / azoth par alonzo king lines ballet
Vie de joseph roulin
We wear our wheels with pride and slap your streets with color... we said "bonjour" to satan in 1820
The tree (fragments of poetics on fire)
Listening party
Kaori ito embrase-moi, confidences parolées et dansées