Avis et Critiques de spectacles par Alexandre Disse | BilletReduc.com

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Alexandre Disse

Vous suivez cet utilisateur Inscrit Il y a 3 ans 7 critiques Ajouter cet utilisateur
Ses critiques



Vous êtes du même avis que "Alexandre Disse" et souhaitez être tenu informé
de ses prochains commentaires, Ajoutez cet utilisateur et Suivez-le.

Ses critiques



Théâtre contemporain: Les Inassouvis

-Cauchemar de luxe
10/10

C'est dense et beau comme un de ces cauchemars qui vous révulsent et vous donnent la chair de poule mais dont vous regrettez de vous être réveillé. Vous entrez dans le théâtre en vous disant : "À quoi bon aller au spectacle, quand la vie me donne tout ?" et vous en ressortez, trois heures plus tard, en vous demandant : "À quoi bon vivre, après un tel spectacle autrement riche ?" Mais un cauchemar de luxe, où l'inquiétant clair-obscur expressionniste se marie sublimement avec le martèlement sonore d'une série de musiques toutes aussi orageuses les unes que les autres. Imaginez un feu d'artifice bloqué, à cause d'une erreur technique, en position bouquet final du début à la fin : voilà Les Inassouvis, des fous dangereux du début jusqu'aux morts-vivants de la fin, en passant par la démone en chef du milieu (la Czerczuk en personne) et son fils pathétiquement tonitruant (Zbigniew Yann Rola). Vertige garanti.
# écrit le 15 Octobre


Théâtre classique: Jacques ou la soumission

-Ça fait du bien !
10/10

Ionesco, ou la drogue des inadaptés. Quel plaisir, ce bain d'absurde et d'humour noir quand on souffre de la rationalité des hommes et du conformisme de la société ! Merci aux acteurs, qui semblent fraîchement sortis de leurs tombes, de servir si bien l'esprit du grand-maître déconneur. Les rires dans la salle sont aussi le signe d'un reste de bonne santé mentale chez nos contemporains.
# écrit le 28 Avril , a vu cet évènement avec BilletReduc.com


Théâtre musical: J'ai mangé du Jacques

-Charmant
9/10

J'étais à la première, avant-hier sur la péniche. Comme toujours chez Callandreau, c'est charmant, efficace, enlevé, spirituel, souriant... Un bon échantillon de notre culture à laquelle nous sommes tant attachés. De ces Jacques-là, on ne se lasse pas.
# écrit le 26 Avril


Spectacle Musical: Le malade imaginaire en la majeur

-Bijou dans l'écrin
9/10

J'étais à la première, hier. Dans le minuscule écrin du Théâtre des Trois Bornes, j'ai trouvé un bijou : du Molière en miniature, un diamant dont ne manquait aucune des célèbres facettes – la langue d'abord (ah, "ma mie" !), mais aussi le génie de la dramaturgie, l'esprit railleur, la façon si propre au cher Poquelin de poser des problèmes graves sous des dehors plaisants (la domination du père sur sa fille, l'arnaque médico-pharmaceutique...). Le tout mis en scène à la sauce Callandreau, dont on connaissait déjà le vrai talent, et qui nous fait le plaisir d'apparaître (hydre à plusieurs personnages) lui-même sur la scène. Tous les acteurs sont bons, mais j'ai été bêtement frappé d'un détail : l'acteur qui interprète le malade a un visage et des expressions qui sont très exactement comme on imagine qu'étaient le visage et les expressions de Molière lui-même. Troublant ! Le jeu des métamorphoses, certains acteurs jouant plusieurs personnages, était tellement réussi que, au moment du salut des quatre acteurs à la fin, j'avais l'étrange sensation qu'il en manquait la moitié.
# écrit le 08 Avril


Théâtre contemporain: Dementia Praecox 2.0

-Vive l'absurde !
10/10

Fellini, Bunuel, Beckett, Ionesco, Kantor sont morts, hélas et re-hélas ! Heureusement, la Czerczuk (prononcez tchairtchouc), la "Callas de la folie", a pris la relève. Et ça se passe en plein Paris, chaque fin de semaine, au TEC (Théâtre Elizabeth Czerczuk). Dès le seuil de cette "Notre-Dame de l'Absurde", prière d'enlever ses chaussures et son cerveau. Ici, on se laisse faire, ici on vous remplace votre intérieur. Ça fouette, ça révulse, ça chamboule, et l'on en ressort en se disant que la vie moderne n'a pas réussi à tout anéantir. Il reste des îlots d'intensité ! Vive le théâtre polonais d'avant-garde !
# écrit le 14 Janvier


Théâtre musical: Fausse moustache, la comédie musicale

-Réjouissant et admirable
8/10

Alors que le monde du spectacle manque parfois de respect au public en lui assénant vulgarité ou foutage de gueule, le travail de Raphaël Callandreau et de sa troupe doit être salué pour l'excellent travail d'écriture, de mise en scène et d'interprétation. "Fausse moustache", à l'intersection du théâtre de boulevard, du théâtre politique et de la farce, pose, avec un humour et une efficacité remarquables, certains problèmes du temps, sans ennuyer une seconde. Ce spectacle mérite d'être vu, et son auteur, dont je connais l'humilité, doit être encouragé à continuer de nourrir le public avec un tel talent qui relève aussi bien de la sociologie que de la chorégraphie, ce qui est rare !
# écrit le 22/09/15




Recherche avancée

Le
Heure de la Séance:

Prix souhaité :

Type de sortie :

Titre d'événement :

Artistes :

Capacité de la salle:


Nom de la salle :

Ville ou code postal :

Type de Public :

plus de critères
Trier les résultats par :




Les Thématiques