Jazz à trois doigts Théâtre de l'Oulle Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "Jazz à trois doigts"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Théâtre de l'Oulle, 84000 Avignon

Jazz à trois doigts

de Luca Franceschi , mis en scène par Luca Franceschi

Théâtre de l'Oulle, Avignon

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -
Un spectacle bouleversant où le jeu, la vidéo et la musique dansent ensemble pour raconter l'histoire d'un paysan qui rêve de vivre sa passion.

Un spectacle à trois voix... Le jazz à trois doigts nous propose un voyage dans le temps, dans l'espace. C'est un récit qui nous amène dans l'Italie des années 20, 30 au travers l'histoire d'un simple paysan qui rêve de pouvoir vivre envers et contre tous sa passion pour la musique.

Autour de lui, la guerre, la pauvreté, l'ignorance, le pouvoir. Un comédien, un musicien, un vidéaste nous accompagnent pour partager avec lui le tourbillon des émotions qu'il devra traverser pour poursuivre sa quête. Le Jazz à 3 doigts est le récit d'un homme de nos jours qui plonge dans les souvenirs de son enfance pour nous raconter l'histoire de son grand-père, ouvrier dans la plus grande cartoucherie d'Italie. C'est un récit, nourri par les images, les atmosphères, les sensations, les odeurs d'une époque... avant la première guerre mondiale.

La pauvreté, la condition ouvrière, la guerre, l'immigration sont les thèmes évoqués. Ces thèmes synonymes de souffrance et de tristesse sont accompagnés d'images et de musique qui viennent nous apporter la couleur de l'espoir. Vidéo, musique live et jeu mis au service d'un récit, d'un voyage, d'un héritage à travers le XXème siècle.






Pour Tout public
à partir de 12 ans

Théâtre contemporain

Langue : Français




Evénements associés :
Madame shakespeare
Lifegame
Crocodiles
Nous les petits enfants de tito
La parole est à la victime
Marina tsvetaeva - moscou-paris aller-retour
L'Étranger
Le cercle des illusionnistes
Tu seras un homme papa
Sodome, ma douce