En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Que la fête continue ! Mains d'oeuvres Affiche © collectif Zavtra


Pour être informé des prochaines dates pour "Que la fête continue !"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Mains d'oeuvres, 93400 Saint-Ouen

Que la fête continue !

de Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre , mis en scène par Yohan Manca, Jean-Baptiste Tur

Mains d'oeuvres, Saint-Ouen

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -
Une soirée composée de deux spectacles en résonance aux attentats, par Jean-Baptiste Tur et Yohan Manca.

"Ça a tiré dans Paris. Français contre Français. Jeunes contre jeunes... On a été choqué, on a eu mal. Et après ? On fait quoi ? On a peur ?
Quelle est cette jeunesse, quelle est cette génération à laquelle nous appartenons et qui a la haine, qui a peur, qui est perdue, qui se perd, qui ne sait plus qui haïr, qui ne sait pas comment lutter, comment aimer, comment vivre ensemble, tous ou au moins déjà à deux ? Nous non plus, nous ne savons pas... Deux spectacles 'Il était une fois un pauvre enfant' et 'Le 23 Octobre 2002 j'ai perdu la foi', puis des concerts tard dans la nuit. Pour dire le besoin de partage, des corps et des pensées, pour dire la rage de vivre malgré tout, pour dire qu'on n'oublie pas demain mais qu'on le danse. Pour dire : que la fête continue !"

Jean Baptiste Tur et Yohan Manca

"Il était une fois un pauvre enfant"
Durée du spectacle : 1h15

Abandonner le " chef d'oeuvre " Woyzeck pour revenir au fait divers. " Un homme tue sa femme adultère avant de se donner la mort ". Tragédie banale. Plonger dans l'intimité : un appartement, un couple, une femme enceinte, un homme perdu. L'arrivée du troisième, l'ami, l'amant, le bourreau. Chercher le moment de bascule, le glissement vers le sang. Le chercher dans les détails, faire parler les corps autant que les mots. Ne pas avoir peur du ridicule, de la faiblesse, explorer le ratage, affronter la cruauté... en rire franchement, oser les larmes. Entrer joyeusement dans la comédie absurde d'un développement tragique. Trois acteurs, trois êtres cherchent... à la vue de témoins, d'invités. Pas de " public " mais une assemblée, intégrée, prise à parti. Un événement commun, partagé dans l'intimité jubilatoire de l'ici et maintenant.

"Le 23 octobre 2002 j'ai perdu la foi"
Durée du spectacle : 1h30

Le 23 octobre 2002, un homme assiste devant sa télévision à une prise d'otage dans un théâtre, pendant le deuxième acte d'une comédie musicale à succès. Il se souvient et se confronte alors à ses angoisses et ses échecs passés, à travers "Lost Faith", le groupe de rock de sa vie.






Pour Tout public

Théâtre musical

Langue : Français
Durée : 165 minutes soit 02h45





Evénements associés :
Un amour à paris
Louise weber dite la goulue
Ariel extended
Le malade imaginaire en la majeur
Je vis avec freddie mercury
Étreintes - de notes en mots en pays latino
Un amour à paris
Kelka
Respaloin et le sonore equestre mais pas que...
Novecento pianiste