En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.



Pour être informé des prochaines dates pour "Une femme seule"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Une femme seule

de Peter Tournier , mis en scène par Peter Tournier

Le 104 - Centquatre, Paris

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -
Belle-soeur d'un obsédé épouse séquestrée par un mari jaloux et accessoirement mère raconte sa vie à ses nouvelles et nouveaux voisin(e)s

Issue de l'improvisation, l'écriture est vivante, percutante. Ce n'est pas une histoire inventée, c'est une compilation, un amoncellement grotesque de tristes réalités. Elle semble donc prendre d'autant plus sens à plusieurs voix – ce n'est pas qu'une histoire singulière. La femme seule se démultiplie autant symboliquement (entre ses tâches, les évènements auxquels elle doit faire face) que physiquement, par notre choix d'interpréter ce monologue en groupe – de femmes et d'hommes : ça pourrait être elle, ça aurait pu être lui. Le genre féminin est en chacun(e) et la lutte contre l'oppression est l'affaire de toutes et tous.

Tout comme la condition de la femme, notre théâtre est interculturel, piochant dans diverses sagesses différents modes d'expression et aspirant au langage universel : celui du corps, évidemment. La chorégraphie complexe de tous et toutes ces femmes seules lance le mouvement : la parole se prend dans l'urgence, passe d'un comédien ou une comédienne à l'autre, qui vont, viennent et s'adressent directement au public, pris à témoin. Les paroles sont soutenues et accompagnées de chants et de musiques (guitare, flûte, sanza, kazoo, percussion). Le décor est simple, parsemé de quelques objets asservissants, mais laissant surtout place à l'espace vide nécessaire au développement de l'imaginaire, ce lieu sacré où le monde se fait et se défait, où l'être est fondamentalement créateur et renoue alors, dans un éclat de rire, avec sa liberté.






Pour Tout public

Théâtre contemporain

Langue : Français
Durée : 75 minutes soit 01h15





Evénements associés :
L'étranger
Désert fertile
Et le coeur fume encore
Le reste vous le connaissez par le cinéma
Prophètes sans dieu
Les murs sauvages ou le vieux stade
Marchands de banquise
Maja
La dame céleste et le diable délicat
Una costilla sobre la mesa : madre