Demain tout sera fini I Théâtre Studio d'Alfortville Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "Demain tout sera fini i"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Théâtre Studio d'Alfortville, 94140 Alfortville

Demain tout sera fini I

de Le Balagan'retrouvé , mis en scène par Gina Calinoiu, Lionel González

Théâtre Studio d'Alfortville, Alfortville

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -
Une rencontre entre Gina Calinoiu et Lionel González. Elle roumaine, lui français et ils choisissent comme terrain de jeu, Le Joueur de Dostoïevski.

Ils ne veulent pas réciter le roman. En faire la lecture. Non. Ils veulent faire le pari de le ré-inventer chaque fois qu'ils le jouent. Le re-créer par le jeu. Le ré-improviser. Le cacher pour mieux qu'il se révèle. Chaque fois différent, et toujours le même.

Est-il possible de voler l'invisible d'un roman, et d'en réinventer le visible ? C'est le jeu qu'ils se proposent. Un jeu risqué. On peut tout perdre. Ou tout gagner.

La presse en parle :

"Magnifique aisance, vibration du jeu : ce fut la belle découverte du festival." Brigitte Salino, dans Le Monde.

"Magnifique moment que ce spectacle ivre de Dostoïevski pour une trentaine de spectateurs assis dans un des salons du château de Villerville." Jean-Pierre Thibaudat,dans le blog Théâtre et Balagan.

"Lionel Gonzalez a adapté Le Joueur de Dostoievski sous le titre Demain tout sera fini (1). Il joue avec Gina Calinou, Léo-Antonin Lutinier et Damien Mongin, de plain-pied avec peu de public à la fois. C'est éblouissant dans l'escrime verbale et l'aisance plastique." Jean-Pierre Léonardini, dans l'Humanité.




Pass Sanitaire
Tout ce qu'il faut savoir



Pour un Public adulte de 13 ans jusqu'à 90 ans

Théâtre contemporain

Langue : Français
Durée : 90 minutes soit 01h30





Evénements associés :
Les filles aux mains jaunes
Comme une image
Bavures
Le Fossoyeur
Bouger les lignes, histoire(s) de cartes
La Déferle
Béatifique
Edith Piaf, je me fous du passé
La mécanique du hasard
4.48 Psychose