I Love you I Kill you la Musica troisième Le Colombier Affiche © DR


Pour être informé des prochaines dates pour "I love you i kill you la musica troisième"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Le Colombier, 93170 Bagnolet

I Love you I Kill you la Musica troisième

de Mathieu Cirodde , mis en scène par Mathieu Cirodde

Le Colombier, Bagnolet

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -

En ce moment dans cette salle :

Anita, vit à New-York, dans un grand appartement rempli de son malheur avec son nouvel époux.

Sur le thème de l'amour absolu, revisiter Marguerite Duras m'est apparu comme une évidence. En 1965 Marguerite Duras écrit La Musica , elle avait alors 51 ans. Dix ans plus tard elle rencontra, au cinéma Lux de Caen, Yann Andréa qui fut son dernier amant.
En 1985 elle écrivit La Musica Deuxième. Il ne s'agit pas d'une suite, mais bien d'une réécriture. Elle a alors 71 ans et vit avec un homme de 36 ans son cadet. Elle prend à ce moment du recul sur elle-même et son oeuvre, sur la passion, l'absence, l'autre, la fin, la séparation.

C'est en m'appuyant sur tous ces faits et ces textes que j'ai eu envie d'écrire La Musica Troisième, non pas une réécriture des deux premiers volets, mais la suite. Ce texte se situe donc entre la transposition d'une oeuvre et une uchronie. Cette pièce qui est entre le théâtre et la performance plastique prend la liberté d'interroger directement l'oeuvre de Duras, une oeuvre protéiforme.
La création sonore pour le spectacle vivant est à l'origine de mon travail artistique. Il m'est apparu logique de travailler autour de l'auteure qui innova sur la musicalité des mots et des silences.

Mathieu Cirodde







Pour Tout public de 12 ans jusqu'à 90 ans

Théâtre contemporain

Langue : Français
Durée : 30 minutes soit 00h30





Evénements associés :
In the dream land
Painkiller
Mr Ibrahim et les fleurs du Coran
Julia
Mutantes
Second souffle
Ce qu'il faudra laisser aux anges
Clytemnestre
Don Juan
Une petite douleur, d'Harold Pinter