Roberto Zucco | Théâtre de la Cité | BilletReduc.com

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Roberto Zucco Théâtre de la Cité Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "Roberto zucco"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Théâtre de la Cité, 06000 Nice

Roberto Zucco

de Bernard Marie Koltès , mis en scène par Sophie Chiara

Théâtre de la Cité, Nice

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -

En ce moment dans cette salle :
» Tous les événements Théâtre de la Cité

La véritable histoire d'un tueur en série mystifiée par l'écriture poétique de Bernard Marie Koltès.

Roberto Succo, est un tueur en série italien qui a sévi en France et en Suisse d'avril 1987 à février 1988. Fait divers sanglant magnifié par l'écriture de Bernard-Marie Koltès, Roberto Zucco - seul personnage de la pièce à porter un nom - est un meurtrier sans mobile, qui décime sa famille, tue des citoyens, exécute des policiers, car les autres, tous, ne sont que des fonctions : père, mère, soeur, frère, gardiens, policiers, putes... À la recherche de lui-même, le texte pose en priorité la question de l'identité. Autour d'eux, autour de nous, une société qui gronde, incapable d'endiguer la violence qu'elle produit.

La Compagnie du Navire


Auteur : Bernard Marie Koltès

Metteur en scène : Sophie Chiara




Pour Tout public

Théâtre contemporain

Thématique :
Grands Auteurs Contemporains

Langue : Français
Durée : 80 minutes soit 01h20





Evénements associés :
Elf, la pompe afrique
Madame van gogh
Van gogh
A love suprême
Nouvelles de tchekhov
Asmeraldia, là où les larmes ne pourront plus nous tomber dessus
Moi landru, amoureux des femmes
Place
Cinquante
Le legs