C'était Marseille | Salle des fêtes Edith Piaf | BilletReduc.com

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

C'était Marseille Salle des fêtes Edith Piaf Affiche

Séances selon les jours

20h00
Novembre
DiLuMaMeJeVeSa
3
C'était marseille
le samedi 3 novembre 2018
  Réduction
 


Pour être informé des prochaines dates pour "C'était marseille"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


réduction
 
Dès 9,95€/pers
19,50€
Frais de Réservation
inclus
jusqu'à -48%

Une ballade dans le pittoresque Marseille d'hier ! Marseille qui, soit dit en passant, a tout inventé avant Paris !

La porte d'Aix avant l'Arc de Triomphe !
Le funiculaire de Notre Dame de la Garde avant celui de Montmartre !
L'Om avant le Psg !
Et surtout les chansons...
Il est 9h, Marseille s'éveille...
C'est la Canebière (Les Champs Élysées)... St Charles (Pigalle)... etc...

Ce spectacle dénonce le scandaleux plagiat du patrimoine Marseillais ! Avec un peu de mauvaise foi et beaucoup de bonne humeur ! (Deux autres inventions typiquement Marseillaises)



Prochaine Séance disponible:
Samedi 03 Nov. 2018 à 20h00



Pour Tout public
à partir de 1 an

Comédie

Thématique :
Humour

Langue : Français
Durée : 90 minutes soit 01h30

Lieu:
Salle des fêtes Edith Piaf
Salle municipale (~ 200 places)
Boulevard Charles de Gaulle
13730   Saint Victoret
Plan d'Accès



Région : Marseille Nice Avignon Aix - (13)




Dans la même salle :


Evénements associés :
Ca déménage !
Psy : on va vous soigner !
Ados vs parents mode d'emploi
La poudre aux yeux
Moustiques et noix de coco
Une semaine pas plus !
Les rustres
La folle aventure !
Dans la peau de ma femme
La diva divague