Serge Maccaferri : Traverser les grilles Galerie Depardieu Affiche

Séances selon les jours

à partir de 14h30
Octobre
DiLuMaMeJeVeSa
16
17181920212223
24252627282930
Novembre
DiLuMaMeJeVeSa
123456
78910111213
Serge maccaferri : traverser les grilles
du samedi 16 octobre 2021
au samedi 13 novembre 2021
  Invitation
 


Pour être informé des prochaines dates pour "Serge maccaferri : traverser les grilles"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


invitation
 

Dès 0,00€/pers

Serge Maccaferri : Traverser les grilles

Galerie Depardieu, Nice

Serge Maccaferri vient de loin. Il fait partie de ces artistes qui à la fin des années soixante ne se satisfont plus des espaces préconçus pour envisager la peinture.

C'est que le monde a bien changé et les rapports (matériels et imaginaires) que l'on entretient aux espaces physiques et au temps ont été, consciemment ou inconsciemment, perturbés par ses changements. Alors, avant toute action picturale, on nie et défait ces espaces préconçus, devenus obstacle plutôt que promesse, et les matériaux qui le constituaient s'offrent en des allures inédites qui engagent l'acte de peindre et l'objet peinture lui-même de façons aussi inédites.

Serge Maccaferri a entrepris la peinture, littéralement, par la bande. Cette forme sera récurrente dans son travail jusqu'à aujourd'hui (les lattes en bois). En 1969, il les terminait par des flèches incitant le regard à franchir les limites.

Serge Maccaferri, depuis, pousse ou tire - sans doute les deux à la fois - la cohérence de son travail de ce saut de la surface supposée plane où se produit un travail d'une profondeur illusoire, dans la profondeur concrète des matériaux et des espaces physiques qu'elle nécessite. Oui, il s'agit alors de masses, de volumes, d'étendues, de liquidités, de solidités, de gains et de pertes (je me réfère aux travaux où il brûle une partie de troncs ou branches, en recueille les cendres qu'il mélange à l'huile de lin et au siccatif et qu'il dépose sur des papiers couverts d'une fine grille (moustiquaire) ou une toile libre.) en des procédures qui mettent en action la découpe, le pliage, la torsion, l'agglomération, le ponçage, le grattage, le brûlage, l'assemblage, l'accumulation de strates, le coulage de pâtes... On pense alors au remue-ménage que produisent les volcans avec les matières à leurs dispositions.

C'est que Serge Maccaferri a passé sa vie professionnelle rémunératrice à se confronter au bâti. Il était peintre en bâtiment. De là, il tire la plupart de ses modèles, ses " paysages quotidiens " (outils et techniques), pour les transmuter et sublimer dans ce que l'on nomme les espaces symboliques de l'art où ils perdent leur nature première et leur fonction pour en acquérir d'autres. Ils les perdent...mais ne les oublient pas ; leur mémoire, pour un oeil averti, est apparente.

Pour cette exposition, Serge Maccaferri propose un travail où s'opposent formes préconçues et formes aléatoires. Il met en place des trames diverses de grilles (formes préconçues) sur lesquelles il déverse du plâtre préalablement coloré (formes aléatoires). Ce plâtre a les mêmes comportements que la peinture : passage du liquide onctueux à la solidité. Ce plâtre/peinture a une double fonction : ornementale par ses couleurs et ses formes courbes et d'objet de maintien par l'étroite liaison qu'il entretient avec les grilles ; car le plâtre passe à travers les grilles et, lorsqu'il Ce plâtre/peinture a une double fonction : ornementale par ses couleurs et ses formes courbes et d'objet de maintien par l'étroite liaison qu'il entretient avec les grilles ; car le plâtre passe à travers les grilles et, lorsqu'il rencontre le support solide recouvert d'une feuille plastique, il déborde derrière les grilles, les enserrant comme un étau.

Notons que ce travail, contrairement aux pratiques courantes, se fait en aveugle car la face qui sera montrée est hors du regard de l'acteur et que le support permettant ce travail, disparaît lors de l'accrochage aux regards, non sans avoir laissé quelques indices de sa présence passée (cela rappelle des pratiques plus classiques comme la gravure ou la céramique).
Ce travail porte la mémoire du tableau classique *: le bois des châssis, l'orthogonalité des angles et jusqu'à la souplesse (la toile) révélée par des plis, ici, ceux d'une feuille en plastique. Il porte aussi la mémoire des plâtriers et des anciens plafonds dont le plâtre était déposé/poussé sur des lattes de bois préalablement fixées.

De toutes ces mémoires se constitue un objet où se greffent les nôtres propres. Un objet qui s'offre à toutes les mises en rapport possibles et toutes les imaginations qu'elles permettent. Il va sans dire que l'induction du moteur à émotions, nous appelle à traverser les grilles.

* Outre l'objet tableau, il poursuit ce qui fut inauguré par Braque et Picasso (l'utilisation d'objets du quotidien comme éléments plastiques constitutifs de l'oeuvre) et amplement développé par Kurt Schwitters et l'art du vingtième siècle. Et lorsque je dis que le support a disparu c'est que les objets plastiques qui y sont constitués et déposés n'ont plus besoin de lui pour tenir et exister, ils s'en affranchissent.

Miguel Martin, septembre 2021


Artistes : Serge Maccaferri

Prochaine Séance disponible:
Samedi 16 Oct. 2021 à 14h30
prereservation

Pass Sanitaire
Tout ce qu'il faut savoir



Pour Tout public

Musées / Expos

Langue : Français
Durée : 45 minutes soit 00h45

Lieu:
Galerie Depardieu
Galerie (~ 55 places)
6 rue du Docteur Jacques Guidoni
06000   Nice
Plan d'Accès



Région : Marseille Nice Avignon Aix - (06)




Dans la même salle :


Evénements associés :
The World of Banksy
Visite commentée de la Bourse du Commerce, collection Pinault par Loetitia Mathou
Dinosaurs World - Le Pontet
Exposition Isabelle Hupfer : Jeter l'encre
Lyon City Card 1,2,3 ou 4 jours
Visite guidée de l'Exposition Cartier Bresson Revoir Paris par Loetita Mathou
Dinosaurs Worlds à Hyères les Palmiers
Le salon du Made in France
Les Lumières Légendaires dans le Monde Merveilleux des Couleurs
Visite : Le Toit de la Grande Arche