Le Septième Kafana | La Maison d'Europe et d'Orient | BilletReduc.com

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Le Septième Kafana La Maison d'Europe et d'Orient Affiche © Marc Cathary


Pour être informé des prochaines dates pour "Le septième kafana"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
La Maison d'Europe et d'Orient, 75012 Paris

Le Septième Kafana

de Nicoleta Esinencu, Mihai Fusu, Dumitru Crudu , mis en scène par Nathalie Pivain

La Maison d'Europe et d'Orient, Paris

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -
Le Septième Kafana est un projet sur les femmes vendues, les esclaves sexuelles et les femmes revenues. Ses auteurs sont des artistes engagés en République de Moldavie.

L'étonnement terrible qu'il y ait un trafic de femmes dans une Europe qui tente paradoxalement une parité de plus en plus grande. Il y a eu la chute du Mur, la guerre des Balkans. Nicoleta Esinencu, Mihai Fusu et Dumitru Crudu, alertés dans leur statut de citoyen et d'intellectuel décident, à l'aide de l'écriture dramatique, de faire acte de prévention face à l'ignorance dans laquelle se trouvent la plupart des femmes volées. L'art comme conscience.

Ils sont allés à la rencontre de femmes revenues, des rescapées de la traite, et ont présenté Le Septième Kafana dans les petites villes et les villages de Moldavie. "Kafana" signifie "bar" ou "bar à café" dans certaines régions d'Europe du Sud-Est. Lors d'entretiens avec les femmes victimes de la traite, les kafanas étaient mentionnés comme les lieux dans lesquels elles avaient été exploitées. Les femmes ont été vendues d'un kafana à l'autre.

Le nombre sept est symbolique et réel à la fois. Il reflète l'histoire d'une femme qui a réussi à s'enfuir de cette situation d'exploitation et de coercition lorsqu'elle se trouvait au septième kafana. Au-delà de sept kafanas, une femme perd la vie ou sombre dans la démence. Le texte est construit à partir de récits et d'interviews où les questions ne sont pas toujours présentes mais se devinent dans les récits énoncés.

Il y a une pauvreté de la langue, comme si les auteurs s'étaient attachés à faire entendre la misère culturelle d'une classe sociale asphyxiée économiquement. (...) Il n'y a pas de retranscription poétique ou singulière dans l'écriture donnée à leurs témoignages. (...) La prostitution forcée, organisée par des réseaux criminels, a enlevé le langage. L'écriture est brute. Notre désir est de porter la parole de ces femmes dans l'espace vivant qu'est un plateau de théâtre. Le Septième Kafana est de cet ordre : sous l'effroi il y a la vie sensible, celle que l'on ne peut atteindre.






Pour un Public adulte

Théâtre contemporain

Langue : Français
Durée : 90 minutes soit 01h30





Evénements associés :
L'ecume des jours
Jamais, jamais !
Le sourire au pied de l'échelle avec denis lavant
Chroniques atypiques
On a gavé les oies
C pomerantz
Fin de service
Chronique d'un été 2018
La bataille d'eskandar
Never more