En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Je n'ai pas de toit qui m'abrite et il pleut dans mes yeux Théâtre Le Lucernaire Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "Je n'ai pas de toit qui m'abrite et il pleut dans mes yeux"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Théâtre Le Lucernaire, 75006 Paris


- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -

En ce moment dans cette salle :
» Tous les événements Théâtre Le Lucernaire


Critiques de la presse



" Jérémie Sonntag,se place à l'endroit juste, là où la création poétique semble s'élaborer.Des images vidéo accompagnent ce solo. On y découvre autant une quête d'identité que l'atelier intime où les sensations transmuées en musique et en mots créent un univers nouveau. " Sylviane Bernard-Gresh "

" " Se confronter à la poésie peut en effrayer certains. Pour autant, et c'est le charme de pareil récital, on peut choisir en tant que spectateur, de lâcher prise pour se laisser délicieusement et presque même voluptueusement bercé par la magie du moment.Dimitri Denorme "

" Certains redoutent parfois la confrontation avec la poésie. Avec Jérémie Sonntag, il n'y a aucun risque tant il a l'art de faire parler les situations, de les accoucher vocalement, si l'on ose dire. Que dire de plus ? C'est tout simplement beau, très beau, à voir comme à entendre. Jack Dion "

Le nouvel Observateur " " Le spectacle est tissé de morceaux des "Cahiers de Malte Laurids Brigge" et de poèmes grapillés dans l'oeuvre de Rainer Maria Rilke, tous magnifiques. A retenir l'indéniable talent d'acteur de Jérémie Sonntag. " Jacques Nerson "