En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

24 heures de la vie d'une femme Théâtre des Corps Saints - salle 3 Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "24 heures de la vie d'une femme"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Théâtre des Corps Saints - salle 3, 84000 Avignon

24 heures de la vie d'une femme

de Stefan Zweig , mis en scène par Marie Guyonnet et Jean Pennec

Théâtre des Corps Saint, Avignon

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -
Dans un casino une veuve sauve un jeune homme du suicide. En 24h ils vont vivre les passions les plus folles. 24 ans plus tard elle se confie.

Au bout de nous-mêmes, nous-mêmes...
Un casino, la Riviera, une veuve sauve un jeune homme du suicide. En seulement 24 heures ils vont vivre les passions les plus folles. 24 ans plus tard et pour la première fois, cette femme se libère du secret qui l'obsède et du non-dit dans lequel elle s'est enfermée. Passant avec brio de l'ombre du souvenir à la lumière de l'aveu, Marie Guyonnet nous donne à voir le travail des forces mystérieuses qui animent nos sentiments, cette confusion des sentiments si chère à Stefan Zweig.

Trouver toute la liberté de la comédienne dans ce texte connu mais si riche. Prendre le temps, les temps, travailler toujours plus de rythmes et de timbres différents... Le temps d'être envahie d'images, de sensations, d'obsessions, tout en restant toujours arrimée dans le concret du plateau, et que le film du souvenir, ce film pas forcément linéaire puisse faire librement son chemin chez la comédienne et par là chez chaque spectateur. Ce sont ces images que nous mettons en mots et ces mots figent un état du souvenir, comme les photos le font aussi d'une autre manière. Et ensuite ces mots que nous avons employés pour dire le souvenir pour la première fois participent eux-mêmes du souvenir, comme la première représentation au théâtre est toujours présente sous la seconde... C'est tellement étrange la texture de la mémoire et des souvenirs qu'ils soient doux ou horribles.. Jean Pennec

Stefan Zweig est né en Autriche le 28 novembre 1881 à Vienne, alors capitale culturelle d'une Europe joyeuse. Il se suicide le 22 février 1942, à Petrópolis au Brésil.
Ami de Sigmund Freud, d'Arthur Schnitzler, de Romain Rolland, de Richard Strauss et d'Émile Verhaeren, Stefan Zweig fit partie de l'intelligentsia juive viennoise avant de quitter son pays natal en 1934 en raison de la montée du nazisme.

Réfugié à Londres, il y poursuit une oeuvre de biographe (Sigmund Freud, Marie-Antoinette, Marie Stuart) et surtout d'auteur de romans et nouvelles. Celles-ci ont conservé leur attrait près d'un siècle plus tard et parmi les plus connues, citons Amok et La Confusion des sentiments, recueil paru en 1927 où l'on retrouve 24 heures de la vie d'une femme.

Stefan Zweig a toujours été un " best-seller ". Au cours de la dernière décennie, il s'est toujours classé avec Shakespeare et Agatha Christie au premier rang des classiques étrangers les plus lus en France.


Auteur : Stefan Zweig
Artiste : Marie Guyonnet
Metteur en scène : Marie Guyonnet et Jean Pennec




Pour Tout public
à partir de 12 ans

Seul(e) en Scène

Thématique :
Grands Auteurs Contemporains

Langue : Français
Durée : 65 minutes soit 01h05





Evénements associés :
Bang bang
La loi des prodiges (ou la réforme goutard)
Mickaël bièche dans sans cérémonie
Tarmacadam
Olivier sauton dans fabrice luchini et moi
Marie-magdeleine dans g.r.a.i.n
Sandrine binet dans bienvenue en absurdie épisode 3 : prendre l'air
Tatiana djordjevic dans j'ai rien entendu mais j'ai tout compris
La faim du loup
Je parle à un homme qui ne tient pas en place