En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

La prison Théâtre de l'Aquarium Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "La prison"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Théâtre de l'Aquarium, 75012 Paris

La prison

mis en scène par Sabrina Baldassarra, Stéphanie Farison, Emmanuelle Lafon, Sara Louis, Lucie Nicolas

Théâtre de l'Aquarium, Paris

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -
Le milieu carcéral serait-il l'illustration de la notre société ?

Où l'on verra Foucault analyser le fonctionnement de la prison pour mettre au grand jour les rapports de pouvoir à l'oeuvre dans notre quotidien...
La Prison porte sur la question de la prison en tant qu'institution. Nous cherchons, à l'instar de Michel Foucault dans Surveiller et Punir, à interroger le fonctionnement de la prison, en tant que bâtiment, en tant qu'institution carcérale, son fonctionnement, son rôle dans la société. Nous ne nous plaçons pas du point de vue de l'intérieur de la prison, du point de vue du prisonnier mais plutôt de l'extérieur. Comment questionner la prison en la replaçant dans un contexte historique, social ou géographique.
Quelle est donc la fonction de la prison à la fois contestée et immobile depuis sa naissance? D'où vient-elle ? Comment s'est élaboré son projet ?
Comment concentre-t-elle les rapports de pouvoir à l'oeuvre dans notre quotidien ? Quels dispositifs, mis en oeuvre dans l'institution carcérale, ont également cours à l'extérieur ? Peut-on retrouver ce modèle de surveillance, de redressement des corps et des comportements dans la rue, à l'école, à l'hôpital, etc.
Quels sont les individus dits " dangereux ", les populations " coupables " ?
Le frottement d'expériences de natures diverses, comme la visite d'une prison américaine, la reconstitution des débats des Réformateurs du XVIIIe siècle sur le sens de la peine, ou la pose d'un bracelet électronique, nous incitent à réinterroger notre quotidien et à " exaspérer notre sensibilité de tous les jours ".
À l'instar de Foucault, nous posons des questions, sans y apporter de réponses exhaustives, ni de solutions, mais en utilisant le théâtre comme une boîte à outils. Nous en jouons, installant le dispositif scénique au coeur du spectacle. Ici, il s'agit d'une salle blanche où le gradin prend la forme d'un " panoptique ", une arène, un cercle troué des travées. Le jeu se déroule au mitan, autour, à la périphérie et dans les travées. Les personnages sont parfois au centre sous le feu des projecteurs de manière choisie ou au contraire pris au piège par le croisement de tous les regards.
Nous sommes ensemble dans un même espace où les spectateurs savent toujours où sont les comédiennes. Ce dispositif nous place au coeur d'un jeu d'exposition ou de surexposition. La surveillance, du panoptique de Jeremy Bentham jusqu'à la notion récente de traçabilité, tout ce que voir et être vu peut signifier, constitue l'axe du spectacle.






Pour un public enfant de 15 ans jusqu'à 90 ans

Théâtre contemporain

Langue : Français
Durée : 90 minutes soit 01h30





Evénements associés :
Des choses qui arrivent
C'est le bouquet !
Intra muros d'alexis michalik
Soeurs
Le porteur d'histoire
Soufi, mon amour
Edmond
Intra muros d'alexis michalik
Zaï zaï zaï zaï
L'Établi