La dernière lettre | Théâtre de l'Epée de Bois Théâtre de l'Epée de Bois - Cartoucherie Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "La dernière lettre"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Théâtre de l'Epée de Bois - Cartoucherie, 75012 Paris

La dernière lettre
Théâtre de l'Epée de Bois

de vassili grossman , mis en scène par nathalie colladon

Théâtre de l'Epée de Bois - Cartoucherie, Paris

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -

En ce moment dans cette salle :
» Tous les événements Théâtre de l'Epée de Bois - Cartoucherie

Un monologue bouleversant extrait de l'oeuvre "Vie et destin", de Vassili Grossman.

Les mots d'une mère à son fils, écrits au bord du gouffre. Une lettre touchante que nous voulons vous confier.

Ukraine, été 1941. Anna Seminiovna se retrouve expulsée dans un ghetto avec les autres juifs de Berditchev. A travers une dernière lettre, elle délivre ses pensées les plus intimes et peint les différents visages de l'Homme en situation de crise. Acte d'amour d'une mère à son fils pour combler peut-être les manques d'informations qui subsisteront après sa mort. " J'ai pu voir ici que l'espoir n'est presque jamais lié à la raison, il est insensé, il est, je pense, engendré par l'instinct ".
Ce texte qui perturbe nos consciences nous interroge sur notre époque actuelle. Les Hommes sont-ils si différents ?

Mise en scène : Nathalie Colladon
Joué par : Christine Melcer
Scénographie : Sylvain Brizay
Environnement sonore : Pipo Gomes


Auteur : vassili grossman
Artiste : christine melcer
Metteur en scène : nathalie colladon




Pour Tout public

Seul(e) en Scène

Langue : Français
Durée : 60 minutes soit 01h00





Evénements associés :
Le dernier jour d'un condamné - interprétation féminine
Le feu du poète
Face de cuillère
Réparer les vivants
Reda seddiki dans deux mètres de liberté
Histoires d'hommes
Isabelle parsy dans drôles de femmes !
Franck ferrand dans histoires
Victor rossi dans le bonheur inquiet
Je regarde passer les chauves