Critiques presse Abigail's Party | Les dernières | BilletReduc.com

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Abigail's Party | Les dernières Théâtre de Poche Montparnasse - Le Poche Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "Abigail's party"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Théâtre de Poche Montparnasse - Le Poche, 75006 Paris
Le Théâtre de Poche Montparnasse - Le Petit Poche, 75006 Paris


- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -

En ce moment dans cette salle :
» Tous les événements Théâtre de Poche Montparnasse - Le Poche


Critiques de la presse



" Férocité à l'anglaise! La traduction de Gérald Silbeyras et la mise en scène de Thierry Harcourt sont gages de qualités. Mike Leigh choisit de nous plonger dans un monde de petits employés, de petits bourgeois qui rêvent de confort matériel dénonçant les méfaits d'une société d'ultra consommation. "

" Mike Leigh excelle dans ce que les Britanniques appellent l'understatement. La mise en scène nerveuse et retenue de Thierry Harcourt respectent le cadre de cette peinture cruelle d'une petite bourgeoisie aux aguets. On sourtit, on frémit. L'angoisse monte jusqu'à l'implosion finale. "

Le Quotidien du Médecin " La férocité du cinéaste et homme de théâtre, Mike Leigh, adapté par Gérald Sibleyras, orchestré par Thierry Harcourt, qui dirige des interprètes loyaux, vous permet de plonger au coeur des moyennes classes de l'Angleterre des années 70. Aussi drôle que cruel et très souvent touchant. "

Un fauteuil pour l'orchestre " Pour orchestrer cette dispute chorale, qui tient autant du vaudeville que de la tragédie, il faut un rythme impeccable, tenu par les cinq acteurs de la troupe. " Punchlines " qui font mouche, changements de tons et de registres, l'ensemble est parfaitement maîtrisé. "

Spectatif " Truffée d'un humour à la cruauté sifflante, il y souffle une sorte de tendresse meurtrie sur les drames intimes au vernis d'apparat, qui se jouent entre les personnages. La progression de cette soirée d'enfer est finement structurée jusqu'à sa fin d'apothéose. "

Le Journal du Dimanche " L'interprétation appuyée qu'en donne Lara Suyeux contraste avec la sobriété de jeu de Dimitri Rataud (Peter) et de Séverine Vincent (Susan), qui insinuent une brèche dans la façade des faux-semblants et une inquiétude existentielle "

Toutelaculture " Le propos est grave car il est celui de cette parole vide qui cherche à cacher le désespoir, de cette logorrhée sociale inutile sauf à combler le silence mélancolique des âmes. La pièce est surtout très drôle. Chaque personnage est une réussite de proposition et d'interprétation. "

Les Echos " Thierry Harcourt joue à fond la carte du vaudeville grinçant et kitsch dans un décor " seventies " à souhait. On rit aux énormités assénées par les protagonistes, on entend tout du texte et du sous-texte, le rythme est enlevé. "

Le Canard Enchaîné " Seuls les Anglais savent écrire des pièces aussi cruelles et touchantes. Un spectacle rapide aussi vivant qu'il est méchant ! Lara Suyeux compose une Beverly ravageuse. En infirmière bimbo vêtue d'une combinaison d'un kitsch très goûteux, Alexis Ribes assure. "

Théâtrauteurs " Thierry Harcourt signe une fois de plus une mise en scène efficace au rythme enlevé permettant à chacun de donner du meilleur de soi pour camper son personnage au plus près. Sans l'ombre d'une hésitation, allez-y ; il est exclu, voire impossible que vous le regrettiez "

Sortir à Paris " Aussi farceuse que tragique, cette pièce met en lumière les vérités qui éclatent, les gens qui se révèlent sous leur vrai jour. Terrible et drôle à la fois. Pour remettre sur scène cette pièce, c'est Thierry Harcourt, le metteur en scène de The Servant, qui s'en charge.. "

De la cour au jardin " La difficulté dont s'est admirablement acquitté Thierry Harcourt est de rendre minutieusement perceptible,cette descente aux enfers que va connaître le quintet de personnages. Cette pièce est d'ores-et-déjà un spectacle incontournable de la mi- saison ! "

au balcon.fr " Une merveille ! Le Poche nous fait à nouveau découvrir un chef d'oeuvre du théâtre anglais Les comédiens sont à saluer, leur performance est absolument parfaite. Ils donnent avec énergie et finesse toute la détresse et la dérive des protagonistes. Un petit chef d'oeuvre, à voir absolument. "