En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Au But Le Théâtre de Poche Montparnasse - Le Petit Poche Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "Au but"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Le Théâtre de Poche Montparnasse - Le Petit Poche, 75006 Paris


- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -

En ce moment dans cette salle :
» Tous les événements Le Théâtre de Poche Montparnasse - Le Petit Poche

Une mère et sa fille ont assisté à la première de Sauve qui peut. La fille a applaudi avec grand enthousiasme.

La mère n'a pas applaudi, pas tout de suite: "Jeter leur propre saleté à la tête de gens qui ne comprennent rien et applaudissent à mort".

Pourtant, la mère a invité l'auteur à venir séjourner avec elles au bord de la mer. Le lendemain, elles l'attendent en finissant de prépare les bagages pour leur départ. Une nouvelle pièce commence: Au But, dans laquelle Thomas Bernhard exerce sa verve grinçante pour brosser une comédie hautement autobiographique.

Texte Français de Claude Porcell




Port du masque, accueil, distance...
Ce qu'il faut savoir sur l'accès aux salles

Quelques critiques de spectateurs :

Note des internautes :
9/10
4,5 avec 4 critiques
Plus de critiques sur Au But »

JDF Inscrit Il y a 12 ans 7 critiques  
Utile: Oui Non
-Eblouissant
10/10

A couper le souffle, l'interprétation de Dominique Valadié est extraordinaire. Le thème de la pièce est d'un négatif sublime.
# écrit le 27/09/17 , a vu cet évènement avec BilletReduc.com


Spectatif Inscrit Il y a 17 ans 862 critiques 84  
Utile: Oui Non
-Quel personnage ! Quelle comédienne ! Quel spectacle !
9/10

Personnage monstrueux ô combien, le rôle de la mère, dans cette pièce de Thomas Bernhard écrite en 1981, offre une gageure merveilleusement redoutable à jouer pour une comédienne. Gageure réussie, comme on s'en doutait, avec la grande Dominique Valadié qui nous estomaque, nous cueille, nous bouscule, nous éblouit. Irradiant le spectacle avec une maestria rare et un art abouti du jeu, elle nous donne là une leçon de théâtre !... Ah ça, les élèves comédiennes et comédiens peuvent se précipiter au Poche-Montparnasse, le carnet à la main. Ils seront aux anges ! Que dis-je aux anges ? Élevés jusqu'aux nues ! Proches de l'extase et penauds devant le travail fourni. Près de 2 heures à savourer cette grande dame du théâtre dans un rôle de tous les dangers. Un quasi monologue, tenace, avançant en profondeur et en éclats jusqu'au bout. Le public reste pantois, après ce coup de massue artistique. La mise en scène de Christophe Perton est au cordeau. Tout est précis, les gestes, les mouvements, les postures et les jeux. La scénographie, les costumes, les lumières et les sons rendent la pièce impressionnante et captivante, d'une délicate et élégante beauté dramatique. Le texte écrit avec la serpe caustique et le crayon ravageur qu'on lui connait, Bernhard n'y va pas de main morte pour nous décrire avec cynisme et cruauté cette femme prisonnière de sa folie et de son pouvoir, dévastant tout ce qui peut être debout sur son passage et en premier lieu, sa fille. Pauvre parvenue bourgeoise par la richesse de son mariage, elle semble vouloir le monde plié, cassé ou meurtri autour d'elle. Elle se dépense avec une ardeur glaçante pour l'obtenir. Tous les ans à la même époque, la mère et sa fille se préparent à partir pour la maison du bord de mer. Tous les ans à la même époque depuis 33 ans, les mêmes gestes et les mêmes paroles accompagnent ces préparatifs, donnant une occasion supplémentaire à la mère de répandre son fiel agressif aux outrances cruelles sur sa fille, victime à sa portée, esclave grâce à qui on se demande si elle ne se délecte pas de la visualisation de son propre échec. Après la mort de son premier enfant, atteint du syndrome de Mathusalem (nourrisson-vieillard), elle aura cette fille qu'elle semble n'avoir jamais aimée, " tu étais une enfant laide " et installera une relation pathologique et assassine, une sorte de fusion mortifère. Cette femme nie tout de la vie et de sa vacuité, du bonheur et de son illusion. Après avoir invité à la mer l'auteur dramatique d'une pièce qu'elles ont vue toutes les deux, et peut-être parce qu'elle sent que sa fille l'admire, elle se confrontera avec ce jeune homme sur le sujet de l'utilité sociale du théâtre, " de cet art qui dénonce mais ne fait rien ". Sans peine, l'auteur sera soumis et la mère reprendra ses diatribes ininterrompues ou si peu. Folie bipolaire sans doute. Sentiment de persécution mêlé à celui de la peur de l'abandon, elle sera tour à tour bourrelle, sauveuse et victime. Aucun repère stable ne lui permettra de se rétablir, son identité semble perdue, sa conscience d'elle-même aussi. Admirablement entourée par Léna Bréban, remarquable dans le rôle de la fille, par Manuela Beltran et Yannick Morzelle, justes et convaincants, Dominique Valadié est magnifique et saisissante. Du très grand art. Quel personnage ! Quelle comédienne ! Quel spectacle !
# écrit le 28/09/17


ToutThéâtre Inscrit Il y a 7 ans 17 critiques 2  
Utile: Oui Non
-Une actrice savoureuse pour une pièce sans saveurs.
8/10

La pièce aurait bénéficié (comme souvent chez Bernhard)de quelques coupes. La pièce, rarement monté, et on comprend pourquoi, bien qu'interessante et riche, semble un peu longue (bien que moins de deux heures). Cependant la loghorée si typique de l'auteur allemand est portée avec brio par l'immense Dominique Valadié qui livre une nouvelle fois une performance à couper le souffle. Elle nous savoure et fait savourer chaque nuance et chaque virage de la pensée. Elle joue, nous emmène, nous emporte dans le récit cynique d'Au But. Léna Bréban la soutient avec sa petite partition, bien qu'elle paraisse tendue et poussive au début, elle finit par convaincre en faisant de son personnage une femme plus forte et résistante que ce que le texte laisse voir au premier abord. Yannick Morzelle par contre n'est pas terrible, trop jeune peut-être ou par manque d'expérience, il ralentit la pièce par son phrasé haché et naturaliste, et possède un tic de langage particulierement énervant puisqu'il fait un bruit de bouche avant chaque phrase ce qui n'aide pas le spectateur dans son écoute. On est dans ce cas, très heureux que 90% du texte soit débité par Dominique Valadié, immense comédienne, sans doute la plus grande de sa génération, qui nous fait vibrer et parvenir toute la richesse de Bernhard. On ne regarde qu'elle, et on en vient à oublier la mise en scène plutot pauvre de ce classique oublié.
# écrit le 23/09/17


alainclero75 Inscrit Il y a 7 ans 591 critiques 31  
Utile: Oui Non
-Oh!oui....But atteint !
10/10

On la déteste cette mère odieuse mais on adore Dominique Valadié dans ce rôle cynique , Bien cruel et dominatrice avec sa fille (Léna Bréban)qui se moule admirablement dans la peau du personnage . Et ce duo mère/fille est fascinant d'intensité et de réalisme . C'est fort ...Surtout que l'ombre de Thomas Bernhard plane aussi sur scène sous le masque du jeune auteur qui a son tour se verra dépossédé du contenu de sa pièce par la mère . Dans cette pièce tout est grinçant et à vif et le spectateur est sur le grill d'un bout à l'autre de la représentation . En touchant le but on est admiratif et bouleversé . Du grand théâtre....Sublime!
# écrit le 10/09/17


# ce symbole signifie "signaler au modérateur"
Vous aussi, donnez votre avis:


Pour un Public adulte

Comédie dramatique

Thématique :
Grands Auteurs Contemporains

Langue : Français
Durée : 90 minutes soit 01h30





Evénements associés :
François rabelais, portrait d'un homme qui n'a jamais dormi tranquille
La nuit de valognes
Le journal d'anne frank
Sarah et le cri de la langouste
Croisement de voies
L'olympe des infortunes
Brigade financière
Bartleby
Le mouchoir de marilyn monroe
Cyrano