En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Second rôle Théâtre de Dix Heures Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "Second rôle"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Théâtre de Dix Heures, 75018 Paris

Second rôle

de Pierre Delavene, Jean-Philippe Zappa , mis en scène par Gérard Moulévrier

Théâtre de Dix Heures, Paris

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -

En ce moment dans cette salle :
» Tous les événements Théâtre de Dix Heures


Critiques de la presse



culture-tops.fr " On passe un très bon moment à écouter et voir évoluer sur scène Ludovic Berthillot. Ce spectacle intelligent est une réussite. Manifestement, les co-auteurs s'en sont donné à coeur joie et nous ont offert, avec ce comédien si doué, un moment de détente épatant. "

Froggy's Delight " Spectacle chaleureux, qui ne cache rien de la dureté de ce métier, et qui en montre aussi toute sa beauté et, dialoguant avec Jean Gabin ou chantant à sa manière dans "Maintenant je sais..", Berthillot fait partager son expérience étonnante du 7ème art dans un hommage d'une touchante sincérité. "

onsortoupas.fr " Les seconds rôles ont souvent été de grands personnages dans le cinéma français, et Ludovic Berthillot en parle avec la participation du public, et rend hommage aussi aux grands, Gabin, Ventura, de Funès, Bourvil et à ce génie des mots, qui leur a offert des 'partitions' sur mesure, Michel Audiard. "

Bulles de culture " La vie d'un second rôle n'est pas facile ! Ludovic Berthillot témoigne de ses expériences dans le métier d'acteur, entre anecdotes et situations hilarantes. On comprend enfin la règle des 507 heures des intermittents. Cela plaira aux passionnés du cinéma. Scénographie remarquable avec écran géant. "