Le Duel | Théâtre du Nord Ouest | BilletReduc.com

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Le Duel Théâtre du Nord Ouest Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "Le duel"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Théâtre du Nord Ouest, 75009 Paris

Le Duel

de Anton Tchekhov
dans le cadre de "L'intégrale Tchekhov"
Théâtre du Nord Ouest, Paris

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -

En ce moment dans cette salle :
» Tous les événements Théâtre du Nord Ouest

Le Duel est une longue nouvelle publiée en feuilleton dans plusieurs livraisons de la revue russe Temps nouveaux :

Le Duel est une longue nouvelle initialement publiée en feuilleton dans plusieurs livraisons de la revue russe Temps nouveaux : numéros 5621, 5622, 5624, 5628, 5629, 5635, 5642, 5643, 5649, 5656 et 56571. C'est la seule nouvelle de l'auteur dont l'action se déroule au Caucase.

Selon Maxime Gorki, cette nouvelle était l'une des nouvelles d'Anton Tchekhov que préférait Léon Tolstoï2.

Résumé
L'action se déroule au bord de la mer Noire, dans une ville occupée depuis peu par les Russes. La chaleur y est accablante ; l'action et le travail, difficiles.

Ivan Laïevski, fonctionnaire de 28 ans, se confie à son ami Alexandre Samoïlenko, médecin militaire apprécié de tous. Il n'aime plus Nadéjda, sa compagne. Ils ne sont pas mariés, car elle est toujours mariée à un homme en Russie qu'elle a quitté pour vivre avec Laïevski. Il a des scrupules à la rejeter puisqu'elle n'a que lui, et que tous deux n'ont aucune fortune, vivant loin de leur famille dans le Caucase. Samoïlenko lui conseille de se marier avec Nadéjda.

Samoïlenko fait table d'hôte chez lui. Il a deux pensionnaires à chaque repas : Von Koren, un zoologue qui fait des recherches et le diacre Pobédov. Von Koren est très remonté contre Laïevski. Il ne supporte pas son oisiveté, les dettes qu'il fait, sa fausseté. Ses seuls talents sont, selon lui, jouer aux cartes et boire de la bière.

Nadéjda, de son côté, souffre aussi de cet exil. Elle a besoin d'amour physique. Elle s'ennuie. Elle a eu une aventure sans lendemain avec le commissaire de police Kiriline, qu'elle fuit depuis. Elle se considère comme la plus belle jeune femme de cette ville. Elle doit trois cents roubles au marchand Atchmianov et pense à se donner à son fils pour effacer sa dette.

Maria Bitiougova, ayant appris la mort de son mari, la prie de régulariser sa situation avec Laïevski par un mariage. Devant son refus, elle lui dit ses quatre vérités : sa maison qui est mal tenue, sa saleté, son indolence, le fait qu'elle est rejetée par tout le monde, exceptée elle.

Laïevski veut emprunter trois cents roubles à Samoïlenko pour prendre le bateau et retourner en Russie. Ce dernier va emprunter cent roubles chez Von Koren qui se désole que Samoïlenko veuille aider Laïevski. Il consent cependant le prêt à condition que Samoïlenko obtienne de Laïevski l'assurance qu'il parte avec Nadéjda ou la fasse partir en premier.

Il se joue une comédie entre Laïevski, qui ment à tout le monde pour emprunter de l'argent et cacher son départ à Nadéjda, et Nadéjda, qui veut cacher à Laïevski qu'elle l'a trompé.

Kiriline impose à Nadéjda de recoucher avec lui. Laïevski, comme un petit garçon à bout de nerfs, provoque Von Koren en duel. Le fils d'Atchmianov, amoureux fou de Nadéjda, conduit Laïevski dans la maison où Nadéjda et Kiriline sont couchés. Puis, c'est le duel, à l'aube. Laïevski tire et rate Von Koren. Le diacre qui assiste en cachette au duel crie et fait dévier la balle de Von Koren qui ne fait qu'effleurer le cou de Laïevski.

Laïevski pardonne à Nadéjda par l'aveu d'une nouvelle faiblesse : " Je n'ai personne d'autre que toi ".

Épilogue
Trois mois plus tard, c'est le jour du départ de Von Koren. À la demande de Samoïlenko, il va saluer Laïevski. Ce dernier a changé totalement de vie : il loge dans une annexe de la maison de Samoïlenko, vit comme un mendiant et travaille du matin au soir pour payer ses dettes. En outre, il s'est marié avec Nadéjda.

La dernière image est une comparaison entre la barque où a pris place Von Koren qui avance de deux pas et recule d'un dans la houle et la recherche de la vérité où l'homme tâtonne.


Auteur : Anton Tchekhov
Artistes : Sébastien Scherr




Pour Tout public
à partir de 12 ans

Théâtre contemporain

Thématique :
Grands Auteurs Contemporains

Langue : Français
Durée : 60 minutes soit 01h00





Evénements associés :
Adieu monsieur haffmann
Désobéir
Vingt-cinq
Fucking furious females
Un homme, une femme, une ville
Monsieur barnett
Un furieux désir de bonheur
Madame van gogh
Una costilla sobre la mesa : madre
Tu te souviendras de moi avec patrick chesnais