En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.



Pour être informé des prochaines dates pour "Andromaque"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Théâtre du Nord Ouest, 75009 Paris

Andromaque
Théâtre du Nord Ouest

de Jean Racine , mis en scène par Olivier Quinzin

Théâtre du Nord Ouest, Paris

- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -

En ce moment dans cette salle :
» Tous les événements Théâtre du Nord Ouest

La violente confrontation de la raison politique et des sentiments personnels est au coeur d'Andromaque.







Auteur : Jean Racine
Artistes : Avec : Lys Caro (Hermione), Jonathan Frajenberg (Phyrrus), Denis Godec (Phoenix), Loïck Hello (Pylade), Pauline Mandroux (Cephyse), Dominique Massat (Andromaque), Christine Melcer (Cleone), Olivier Quinzin (Oreste)
Metteur en scène : Olivier Quinzin


Quelques critiques de spectateurs :

Note des internautes :
7/10
3,5 avec 7 critiques
Plus de critiques sur Andromaque »

@316251 Inscrit depuis longtemps 2 critiques
Utile: Oui Non
-Andromaque ou les Caractères
8/10

Juger de l'interprétation d'une pièce demande au préalable une idée sur la pièce elle-même, permettant de calibrer sa propre subjectivité sur celle du critique. Voici mon idée. L'avantage d'une pièce comme Andromaque, pour un acteur, réside dans l'incroyable somme d'antécédents qui lui permet de s'installer dans le rôle en bénéficiant de l'aide de tous les auteurs qui ont façonné au cours des siècles, par ajouts successifs, un personnage et ses facettes. Dans notre cas, Homère est la référence évidente et absolue. Chez lui, dans l'Iliade du moins, les personnages trouvent leur destinée en la volonté des dieux. C'est librement, en connaissance de cause, sentant la volonté des dieux, que les héros s'y conforment. Le destin est en-dehors d'eux, et s'applique sur eux de l'extérieur, mais ils l'acceptent librement. Chez Racine au contraire, les dieux ont disparu, mais le destin est toujours là. C'est désormais dans le caractère de chaque personnage qu'il est enfoui, et c'est maintenant de l'intérieur, réduisant la liberté à l'état de frustration, qu'il agit sur les personnages. Ceux-ci sont secondés par leur servant ou ami, qui, de l'extérieur, vient représenter leur bon sens, voire leur intérêt. Mais toujours c'est leur caractère que les héros suivent. Ainsi en va-t-il de Pyrrhus, roi, souverain, héros de guerre et fils d'une légende, qui toujours en roi agit, maître de sa propre volonté, à laquelle il plie les autres. Ainsi en va-t-il d'Hermione, qui toujours suivant son caractère dominateur, orgueilleux, mais amoureux, agit. Ainsi en va-t-il d'Oreste, qui toujours en amant altruiste mais soumis agit, sacrifiant son bonheur à son amour pourtant jamais payé de retour. Enfin, Andromaque, femme d'Hector pour toujours et à jamais, fille de roi vaincu, femme de prince vaincu, vit selon l'amour pour Hector qui en tout la régit. Leurs servants ou amis respectifs leur rappellent leur intérêt, leur montre la folie de leur attitude, mais ils n'écoutent jamais que leur coeur, leur caractère dicte et impose. Dans ce cadre, je comprends mal l'interprétation de Pyrrhus (Jonathan Frajenberg), qui s'adresse à tous d'un ton très agressif qui est tout sauf royal : quand on est un roi imposant à sa guise sa volonté, aimé de tous, fût-ce à l'exception de la femme aimée, la menace est-elle un ton naturel ? Même son gouverneur Phoenix (Denis Godec), sa raison par excellence, a droit au même traitement. Pyrrhus sonne malheureusement faux, et on a autant de mal à croire à son amour qu'à son autorité. Oreste (Olivier Quinzin, également metteur en scène, ceci expliquant sans doute cela), lui, au contraire, est souple comme son caractère. Lorsque son rôle d'ambassadeur lui fait parler pour les Grecs, il s'impose et rugit. Lorsque Hermione, maîtresse sur son coeur, lui fait face, il perd presque ses moyens. Lorsque son ami Pylade (Loick Hello) lui montre le bon sens, il plie, hésite... c'est d'ailleurs celui qui connaît le destin le moins funeste, ayant le caractère le moins rigide. Hermione (Lys Caro), elle, est impériale, magnifique ; blessée, soumise aux mouvements perpétuellement contradictoires de son coeur et de son honneur, qui finiront par lui coûter à la fois la raison et la vie, elle griffe et caresse selon les aléas de son coeur ; il n'y a qu'en présence de sa fidèle Cléone (Christine Melcer), sa raison, qu'elle recouvre momentanément ses esprits ; mais le courant de ses passions finit inexorablement par l'emporter, et Lys Caro l'interprète admirablement bien. Enfin, Andromaque, elle, est un cas particulier, et probablement le rôle le plus difficile de la pièce. Rôle titre, elle est pourtant surtout un prétexte, et est enchaînée tout le long de la pièce tant à son maître et prétendant qu'à son mari décédé et adulé. Soumise, elle subit les événements et pourtant les provoque. Son caractère, à aller chercher peut-être chez Homère encore, est celui d'une jeune femme déchirée par la mort qui a assailli sa famille, et qui s'est arrêtée de vivre vraiment le jour où on lui a pris Hector. Extrêmement complexe, à la fois effacée et inflexible, elle est très difficile à interprêter et à vraiment comprendre, c'est pourquoi je ne saurais en vouloir à son interprète, Dominique Massat, d'être peut-être passée à côté en l'interprétant sans doute trop caricaturalement, voix chevrotante (à la Sarah Bernhardt ?) à l'appui ; un détail de son interprétation, sa manière d'étendre les bras à l'antique, loin derrière elle, en devient malheureusement risible car répétitif et caricaturalement tragique. On pourrait également considérer les quatre personnages principaux comme autant d'options amoureuses différentes ; même ainsi, la crédibilité d'Oreste et surtout Hermione est supérieure à celle de Pyrrhus et celle d'Andromaque. Malgré tout, ceci reste peut-être de l'ordre du détail si l'on considère que le spectateur est touché par ce ballet tragique des caractères affrontés, dont rien ne ressortira que le malheur et la mort. Une réussite donc.
# écrit le 31/05/06 , a vu cet évènement avec BilletReduc.com


@374907 Inscrit depuis longtemps 1 critique
Utile: Oui Non
-époustouflant
10/10

salle un peu petite et aussi un peu de retard, ces petits contretemps ont été gommer par la grandeur des acteurs. j'ai été ébloui, ils ont su me replonger dans l'oeuvre de Racine. merci à tous mais surtout à Hermione. Depuis la pièce, je me suis mis à relire mes grands classiques. une dernière chose : CHAPEAU.
# écrit le 31/05/06 , a vu cet évènement avec BilletReduc.com


Yayita Inscrite Il y a 14 ans 20 critiques  
Utile: Oui Non
-Bien !
8/10

Mise en scène surprenante, c'est le moins qu'on puisse dire, musique malvenue à mon avis, mais très bons acteurs ! Une mention particulière pour Hermione, Pyrrhus et Oreste qui m'ont particulièrement touchée. Un très bon moment, on ne voit pas les deux heures passer.
# écrit le 04/05/06 , a vu cet évènement avec BilletReduc.com


svictori Inscrit Il y a 13 ans 5 critiques  
Utile: Oui Non
-Bien
8/10

Très bien jouée. Une actrice formidable. Du talent.
# écrit le 17/04/06 , a vu cet évènement avec BilletReduc.com


@333177 Inscrit depuis longtemps 2 critiques
Utile: Oui Non
-Super!!
7/10

Excellente soirée ou nous n'étions pas nombreux. La pièce est jouée avec force et clarté. Cette pièce classique dont je ne connaissais rien, a été jouée très juste et j'ai tout compris. merci.
# écrit le 31/03/06 , a vu cet évènement avec BilletReduc.com


# ce symbole signifie "signaler au modérateur"
Vous aussi, donnez votre avis:


Pour Tout public

Théâtre classique

Thématique :
Grands Auteurs Classiques

Langue : Français
Durée : 120 minutes soit 02h00





Evénements associés :
Beaucoup de bruit pour rien intégrale shakespeare
La querelle du cid
Le songe d'une nuit d'été
Cyrano 1897
L'avare
La double inconstance
Une des dernières soirées de carnaval
L'ours et une demande en mariage
Richard 3 intégrale shakespeare
Huis clos