En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.

Monteverdi : Orfeo Opéra Royal - Château de Versailles Affiche

Pour être informé des prochaines dates pour "Monteverdi : orfeo"
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Opéra Royal - Château de Versailles, 78000 Versailles


- Cet événement n'est plus disponible à la réservation dans cette salle -
" Aujourd'hui, tout le monde s'accorde pour reconnaître qu'il y a parmi les chefs d'oeuvre d'opéra , le plus ancien d'entre eux, Orfeo de Claudio Monteverdi...

Opéra en 5 actes avec entracte dirigé par Sébastien d'Hérin.

Réunissant une distribution quasi idéale pour cette oeuvre fondatrice de Monteverdi avec le splendide Orféo de Jean-Sébatien Bou, Sébastien d'Hérin souhaite entreprendre une démarche " dramatique " en revenant aux sources monteverdiennes.

Le titre exact, que l'on a tendance à oublier est " L'Orfeo, Favola in musica ", c'est à dire " la fable d'Orphée ". À ce titre, je me demande avec précaution si cette oeuvre est réellement un opéra : je trouve que " poème lyrique ", malgré une connotation très 19e siècle, la décrirait plus fidèlement.

L'oeuvre est composée sur un livret en vers de Striggio, un poète du 16e siècle, fils de musicien et d'origine lombarde. Pour la première fois dans l'Histoire de la musique, les mots et la musique sont unis au service du sens et de l'émotion. En aucun cas l'action ne prévaut, et la seule musique des mots est magnifiée par la science et le génie du compositeur.
Tout n'est que subtilité et finesse : Monteverdi réussit à synthétiser le savoir madrigalesque d'une époque révolue et pose les fondements de la " deuxième pratique " : désormais, la composition veut traduire musicalement les émotions des hommes et peindre leur fragilité à travers des chants solistes portés par un groupe d'instruments accompagnateurs, le continuo ; ces instrumentistes doivent développer des couleurs d'orchestration et des improvisations personnelles au service d'un sentiment. Ils sont le lien, ou plutôt la traduction musicale, entre des notes couchées sur une portée et un texte poétique.

L'oeuvre évoque un épisode mythologique célèbre : la descente d'Orphée aux enfers. Elle s'organise autour d'un prologue et cinq actes. À travers le personnage allégorique de La Musique, Monteverdi nous avertit que le pouvoir de son art est total : sa lyre magique, cet instrument imaginaire, n'est autre que l'orchestre à cinq parties, inventé par le compositeur pour les musiciens de la cour de Mantoue !

Et c'est ce que je souhaite retenir de cette partition : une formidable sensation d'harmonie universelle où tous les sentiments terrestres sont simplement transcrits. Monteverdi au sommet de son art nous fait voyager des enfers au Ciel, entre musique savante, danses populaires et ornements foisonnants.

J'ai voulu confier la mise en scène et le rôle de La Musique à Caroline Mutel : chanteuse lyrique de formation, elle a ce goût inné pour les mélodies du seicento italien ; elle a également, de par sa formation d'art dramatique et son expérience professionnelle, cette passion pour les pièces théâtrales et les mots qui les constituent. J'aime à penser que le plus beau moyen de faire vivre aujourd'hui cette partition, est de laisser La Musique mettre en scène sa propre fable. "
Sébastien d'Hérin

Adeline Caron : Scénographie et costumes, Fabrice Guilbert : Lumières






Pour Tout public

Opéra

Langue : Français
Durée : 130 minutes soit 02h10





Evénements associés :
Il était une fois offenbach
Carmen
Le vaisseau fantôme
È così
Le couronnement de poppée de claudio monteverdi
Don giovanni
Les noces de figaro
Roberto devereux de gaetano donizetti
The lights of opera
Le code noir